Nous mesurons tous l'importance d'avoir un geste écologique, l'intérêt de trier nos déchets dans le but de les recycler tient une grosse part. Concernant le traitement des DASRI (déchets d'activités de soins à risques infectieux), il convient de prendre certaines précautions notamment pour le risques de contagion. Ces déchets sont considérés comme dangereux et nocifs pour l'environnement et l'homme.

Comment se passe le tri en amont ?

Les personnes concernées par ce tri sont principalement des professionnels de la santé (animale et humaine). Afin de collecter les DASRI, il est nécessaire de faire appel à un prestataire qui aura à charge de traiter les déchets médicaux. Vous avez sûrement déjà pu voir ces petites boîtes jaunes lors d'une prise de sang, ou si vous avez fait un séjour à l'hôpital. Les déchets concernés par le collecteur DASRI seront soit coupants, piquants ou perforants. On y jettera donc :

  • les lancettes et barillets
  • les aiguilles à stylo
  • les seringues d’insuline ou de glucagon
  • les cathéters prémontés avec aiguille pour les porteurs de pompe…

Et ensuite, quel est le programme ?

Il n'est pas impossible qu'en tant que patient vous ayez besoin de trier vos déchets médicaux. Veillez à ne pas dépasser le trait du conteneur, et à ne pas stocker plus de 3 mois chez vous. D'ailleurs, il est évident que vous ne laisserez pas le collecteur à la portée des enfants.

La plupart des pharmacies jouent le rôle de point de collecte (quasiment 2 sur 3), ils sont plus de 15 000 aujourd'hui en France. Ensuite, le prestataire en charge du tri récupère les collecteurs, et achemine les déchets vers l'incinérateur. Les DASRI seront alors traités en priorité afin de limiter les risques d'infection.

Ne jetez jamais le collecteur de DASRI avec les ordures ménagères, même sécurisé, le risque d'infection est trop élevé et doit suivre les étapes du tri énoncé précédemment.