A l'heure où les technologies numériques ont envahi nos maisons comme, plus globalement encore, notre société, nos vies quotidiennes ne se font pas sans un certain nombre de minutes, voire d'heures passées devant des écrans. Cette nouvelle façon de se divertir, de s'informer, voire de se cultiver semble parfois avoir anéanti les autres, comme si plus personne ne s'intéressait aux spectacles vivants, au cinéma ou encore aux romans et aux bandes dessinées. Pourtant quand on regarde les étales d'une librairie, ou lorsque l'on passe devant un cinéma le samedi soir à l'heure de la séance, on constate que non, le numérique n'a pas tué le reste.

Passer du romanesque au réel

En effet, les situations qui sont mises en scène dans les films, les séries télévisées comme les romans ou les BD ne sont finalement jamais très loin d'une certaine réalité. En tout cas, elles s'en inspirent grandement, au point où nous pouvons facilement trouver des héros auxquels nous identifier, voire des histoires dont nous pouvons nous inspirer pour vivre plus pleinement notre vie. C’est Précisément le cas de double-Coeur, un roman écrit par Alexandre Jardin et paru en 1947, dont l'histoire a suscité une immense bouffée d'amour à tous ses lecteurs, au point qu'aujourd'hui ils soient tentés de reproduire l'idéal décrit dans ce livre.

Vivre une vie que l'on choisit

L'idée qui sous-tend cette volonté de vivre ce que l'on a lu est liée à celle selon laquelle on peut choisir de vivre sa vie, malgré les contraintes quotidiennes et les sources d'inquiétude comme de contrariétés que nous ne manquerons jamais de trouver sur notre chemin. Il n'existe pas de chemin vers le bonheur, même si nombreuses sont les œuvres dont les auteurs ont tenté de l'imaginer concrètement. Certes, mais le bien-être au quotidien est possible, au même titre que l'amour farouche d'une personne pour une autre reste envisageable, à partir du moment où l'on met tout en œuvre pour y parvenir.