Le Canada détient 10% du marché mondial de la traduction professionnelle

Le Canada détient 10% du marché mondial de la traduction professionnelle

traduction

Le pays est un hub de la traduction professionnelle avec plus de 20.000 bureaux de traduction… et des perspectives.

A lire aussi : Protéger son investissement en surveillant son chantier

Le Canada un pays à l’affût de l’opportunité

Jusqu’à récemment, la traduction était une demande de prestation discrète pour la plupart des entreprises, l’internationalisation de l’économie et l’importance des données utilisées ont fait du marché de la traduction professionnelle un business alléchant.

La demande de traducteurs est en hausse constante, notamment au Québec, la mutation technologique et l’émergence de l’application n’ont pratiquement aucun impact sur le métier du traducteur qui est, aujourd’hui, devenu convoité par plusieurs diplômés, opérant généralement dans les bureaux de traduction.

Lire également : Les avantages du transport par voie ferroviaire?

Le Canada détient 10 % du marché mondial de la traduction professionnelle, la moitié des postes sont au Québec, cette bulle peut se mesurer aussi par les effectifs. En effet, 15.000 traducteurs opérant dans plus de 20.000 bureaux de traduction. Quant aux méthodes de travail, chaque bureau de traduction forme ses effectifs sur ses propres procédures, les délais sont serrés et les commandes sont demandées à la dernière minute ce qui impose une grande flexibilité de la part du bureau.

L’organisation en charge des traductions officielles au Canada s’appelle le bureau de la traduction ou BT. Cette structure ne traduit pas elle-même, mais elle fait appel à des prestataires externes voir même des pigistes.

Le conseil et la traduction 2.0 : deux perspectives

Les bureaux de traduction au Canada misent, de plus en plus, sur la dimension du conseil en étoffant leurs offres de services en proposant des solutions clés en main et l’exemple peut être donné par le bureau Versacom qui a développé un résumé sommaire pour un éventuel document à traduire, cela donne une vision préalable au donneur d’ordre, il est même en mesure de réduire les coûts.

La profession du traducteur a mûri considérablement. Aujourd’hui, il s’agit plus de traduire mot à mot plutôt qu’avoir l’art de la communication ou veiller à l’harmonie des mots et disposer de la bonne plume.

La gestion multilingue des comptes sur les réseaux sociaux pour les entreprises, est la tendance dans le domaine, à l’évidence, le social média revêt l’importance capitale dans toute communication.

Les cabinets québécois cherchent à former une notoriété locale, garante de la qualité des services proposés, c’est pour cela que les valeurs de la confidentialité et la protection des données des firmes clientes sont absolument à adopter.