Quel sport pour mon enfant?

Ce n’est désormais plus qu’une question de jour avant que votre enfant ne reprenne le chemin de l’école. Les vacances d’été, au grand dam de certains, sont en effet bel et bien terminées. Si l’année scolaire s’apprête à redémarrer sur des chapeaux de roue, il en va de même pour la saison sportive. Votre enfant a émis le souhait de s’investir dans l’une ou l’autre activité? Vous souhaiter savoir si celle-ci est adaptée à son âge? Ou, au contraire, peut-être êtes vous en quête d’une activité à proposer à votre progéniture, jugée à votre goût un peu trop sédentaire? Quoi qu’il en soit, vous devriez pouvoir trouver réponses à vos questions dans les quelques lignes qui vont suivre. 

3 ans et +

Trois ans correspond généralement à l’âge où les enfants débordent d’énergie. Tels de véritables piles électriques, ces derniers ne peuvent s’empêcher de courir, sauter ou encore grimper. À cet âge précis, l’enfant commence à découvrir le monde par ses mouvements. C’est donc un besoin vital pour lui de s’agiter dans tout les sens.

Avant l’âge de 6 ans, il n’est pas conseillé d’orienter votre enfant vers un sport à proprement parler. Règles et compétition ne font pas encore partie de son vocabulaire. Néanmoins, il vous est tout à fait possible d’inscrire votre enfant à des séances de psychomotricité, par exemple. Il pourra s’y défouler sans retenue tout en apprenant à se sociabiliser et à découvrir son corps. N’hésitez pas non plus à l’emmener de temps en temps au sein d’aires de jeux. Il y trouvera les mêmes bénéfices.

6 ans et +

Votre enfant est âgé de 6 ans et plus? Assis toute la journée sur un banc, il lui faut obligatoirement se défouler une fois celle-ci terminée. Terminée la psychomotricité. D’ailleurs celui-ci ne veut plus y aller, prétextant que: “c’est pour les bébés!”. À 6 ans, votre enfant à soif d’apprendre.

Dans un premier temps, il est conseillé d’orienter ce dernier vers des activités multisports. Il aura alors tout le temps de développer l’une ou l’autre affinité avec l’athlétisme, le foot, le VTT et autres. Fonctionner de la sorte lui permettra de ne pas s’enfermer trop tôt dans un sport en dépit des autres et vous évitera également de débourser des sommes folles pour un sport qu’il délaissera quelques semaines plus tard, admettant s’être trompé.

Néanmoins, si votre enfant réclame à corps et à cris de faire de la danse, du judo ou encore de la natation, il est préférable d’y porter une oreille attentive. En effet, l’important, vous en conviendrez, reste de faire ce que l’on aime.

Vous aimerez aussi...