Devenir cordonnier : un métier et une formation

Devenir cordonnier : un métier et une formation

Le métier de cordonnier implique une certaine passion et un savoir-faire reconnu. Métier très masculin par tradition, l’emploi de cordonnier évolue et s’éloigne des clichés. Le cordonnier ne s’occupe pas que des chaussures abîmées, comme on l’imagine souvent. On vous en dit plus sur ce métier qui exige patience, ressource et minutie.

Le métier de cordonnier : définition

Un cordonnier est un artisan avant tout. Le cordonnier travaille essentiellement le cuir, mais pas exclusivement. Cet artisan professionnel est aussi en mesure de travailler toute autre pièce de cuir comme des sacs à main, des gants, des ceintures, etc.

A lire aussi : Tour d’horizon des marchés de Noël

Le métier de cordonnier est l’un des plus vieux de notre société. Utile, le cordonnier permet de ne pas jeter chaussures, sacs, ceintures ou gants dès qu’ils sont un peu abîmés.

Le cuir étant un matériau dont on prend en général grand soin, on fait appel au cordonnier pour réparer, récupérer ou tenter de ravoir un objet de cuir qui nous tient à cœur. Les chaussures sont les pièces les plus fréquemment réparées et remises en état par le cordonnier, mais sa passion pour le cuir ne s’arrête pas au fait de chausser les gens.

A lire également : Anglais britannique et américain : quelles nuances ?

Les missions concrètes du cordonnier

Après avoir suivi sa formation de cordonnier, bien souvent, le jeune cordonnier va intégrer une boutique, ou un atelier. Ses missions vont alors être variées :

  • Accueil des clients ;
  • Analyse des demandes et évaluation de la réparation à effectuer ;
  • Estimation du travail à fournir et parfois du prix de la réparation via un devis ;
  • Réparation des objets à l’atelier à l’aide des outils et des machines à disposition ;
  • Couture, polissage, cirage, teinture, collage, vernissage, clouage, etc.

Ces tâches et ces missions se font en général au fur et à mesure de la demande. Il faut donc savoir être organisé et adaptable dans son propre planning de tâches.

L’atelier du cordonnier

Un atelier de cordonnier est un endroit fascinant. On a tous en tête des images de cordonneries où les objets s’empilent, où les chaussures sont le clou du spectacle. Organisé même s’il peut paraître en désordre, l’atelier du cordonnier reflète la quantité de travail que ce métier exige au quotidien.

Un cordonnier est polyvalent et adaptable aux tâches qui lui sont demandées. Il peut aussi bien effectuer des réparations de couture sur un manteau ou un blouson s’il estime qu’il peut ravoir la pièce de cuir et satisfaire le client. Le cordonnier redonne une seconde vie à tous ces objets de cuir qui le méritent.

Spécialiste du cuir, le cordonnier peut recevoir dans son atelier des clients ayant des demandes très spécifiques, avec des devis pouvant s’élever rapidement, en fonction de la technicité de la tâche demandée. Dans le secteur du luxe, un cordonnier est aussi prisé pour son talent et son savoir-faire d’artisan.

La chaussure et la botte à l’honneur

Le cordonnier a bien sûr ses missions et ses tâches de prédilection. Remettre en état une ancienne paire de bottes et poser des talons, ou recoudre une paire de chaussures de cuir…

Ces tâches se font avec passion, avec patience et avec une minutie extrême. Le travail doit être parfait. Le cordonnier est donc aussi bottier. Son travail n’est jamais le même et ne peut pas être linéaire. Il doit s’adapter à la demande et la complexité de la tâche à réaliser. Parfois, les missions du cordonnier relèvent du défi ! Dans le secteur du spectacle, il peut arriver que l’on demande aux cordonniers de remettre en état de vieilles paires de chaussures d’époque ou d’en recréer.

Les bottes, bottines et chaussures sont parfois oubliées : demandez à un cordonnier, il vous dira que certains modèles ont été déposés et oubliés par leurs propriétaires… Le cordonnier est aussi vendeur et peut mettre à la vente des modèles créés. Il vent aussi toutes sortes d’accessoires nécessaires à l’entretien des chaussures, des bottes et de tout objet de cuir.

Comment devenir cordonnier ?

Le métier de cordonnier ne s’improvise certainement pas ! Il convient de suivre une formation en cordonnerie afin d’acquérir le statut d’artisan cordonnier. la passion doit être le moteur de votre formation de cordonnier. Sans passion, vous vous lasserez des lacets…

Les qualités d’un bon cordonnier

Si vous savez travailler avec rigueur et minutie, alors le métier de cordonnier est fait pour vous. Cordonnier est l’un de ces métiers qui exigent beaucoup de patience et d’organisation.

Vous avez une capacité d’appréciation et de jugement juste, et vos compétences sont rapidement acquises en formation de cordonnerie. Vous êtes quelqu’un de manuel, de rigoureux, de créatif et en même temps un excellent exécutant technique suite à votre formation de cordonnier.

Être disponible et adaptable est l’une des grandes qualités requises pour être cordonnier dans son propre atelier ou au sein d’un atelier plus élaboré.

La formation ou les études pour être cordonnier

Avec un CAP, un BTS ou un Bac pro, le cordonnier peut exercer sa profession. La formation est donc courte et il vous sera demandé de choisir une spécialisation : chaussures, cordonnier bottier, cordonnier multi-service ou encore option maroquinerie.

Les étudiants qui vont jusqu’au BTS seront les cordonniers les plus qualifiés en termes de diplômes. Les métiers de la mode peuvent aussi être visés avec une telle formation.

Le BM (Brevet de maîtrise) est aussi un moyen d’accéder au métier de cordonnier. Vous avez le choix entre le BM cordonnier et bottier, et le BM cordonnier et réparateur. Pour tous les étudiants souhaitant s’installer en tant qu’artisan dans leur propre atelier de réparation en auto-entreprise, c’est la voie idéale.

Enfin, si vous êtes en reconversion professionnelle, l’AFPA propose une formation de cordonnier qui dure 8 mois. Au terme de la formation, vous êtes opérationnel sur le marché du travail.

Les débouchés de la formation de cordonnier

Être cordonnier ne signifie pas forcément se cantonner à sa petite boutique d’artisan. Si les secteurs de la mode et du luxe vous intéressent, vous pourrez vous démarquer en proposant des services très spécifiques au maisons de la mode, en cordonnerie de luxe.

Il est à noter qu’un cordonnier peut en général dégager en moyenne 2 100 euros brut mensuels.