Les sujets d’une bonne formation RBQ

Les sujets d’une bonne formation RBQ

Tant d’entrepreneurs au Québec doivent se casser la tête lorsque vient le moment de dégoter leur licence de la Régie du Bâtiment du Québec. Considérée obligatoire afin qu’un entrepreneur général ou spécialisé puisse démarrer son entreprise ou réaliser certains types de travaux, elle place des hommes souvent très habiles de leurs mains face à un mur de détails légaux, que ce soit au niveau des normes de sécurité ou financières. Ces hommes fiers se retrouvent donc dépourvus de leur confiance habituelle… jusqu’à ce qu’ils trouvent une entreprise qualifiée pour les aider.

Il leur faudra malgré tout apprendre tous les éléments requis par la régie afin d’être considérés comme aptes au travail, mais l’aide d’un bon professeur facilitera l’épreuve que constitue l’examen de la licence RBQ.

Lire également : Habiller un stand d'exposition pour pas cher

Entrepreneur

Comprendre la formation

La formation donnée par ce type d’écoles est généralement répartie sur trois ou six modules de cours, selon la formule préférée par les formateurs. Chaque journée de formation correspondra à un examen précis du cursus de la RBQ. Faisons ensemble un tour d’horizon afin de comprendre quels sont les trois sujets principaux.

A voir aussi : S'implanter dans une autre région

Gestion de la sécurité

Sur les chantiers de construction, on dit qu’il est très facile de se blesser de façon permanente. Histoire de prendre toutes les précautions possibles, il faut être en mesure de pouvoir identifier les risques inhérents à un chantier ainsi qu’au pouvoir les communiquer de façon adéquate à son équipe. La capacité du sujet à mettre en place des plans de prévention sera notamment évaluée, mais la gestion des dossiers d’indemnisation le sera elle aussi. Toutes les procédures à mettre en place suite à l’accident devront aussi être connues sur le bout des doigts.

En plus des connaissances, l’évaluation des compétences est également importante pour la régie. Dans cet examen, on traitera notamment d’attitude professionnelle, de la communication ainsi que de la capacité de prise de décision. Ce sera un examen de 1h30.

L’administration, un autre sujet important

La gestion financière, le management ainsi que la bonne gestion des relations de travail au sein de l’entreprise seront évaluées lors de cet examen, qui durera cette fois-ci près de 3h00. Jouer avec les chiffres n’est pas toujours le point fort d’une personne manuelle, mais ce module de formation contribuera à gommer un peu ce défaut. Les principes de rentabilité d’un projet seront notamment effleurés, ainsi que ceux de la création de budgets. Ce module ne vise bien sûr pas à rendre un entrepreneur autonome au point qu’il réalise lui-même sa comptabilité entière; toutefois, il sera en mesure de discuter avec son professionnel et de comprendre un peu ce qu’il dit.

Gérer les projets et les chantiers

Ici, on parle d’une formation beaucoup plus poussée : au total, les examens dureront 4h30. Les lois du monde de la construction seront touchées dans ce module, mais il y a beaucoup plus. L’examen demandera aussi au gestionnaire de savoir évaluer combien coûtera un projet dans lequel il s’engage, les principes d’une bonne soumission ainsi que la lecture des plans et des devis. La gestion des étapes d’un chantier seront aussi étudiées et les notions d’échéanciers seront abordées (un concept qui fait cruellement défaut dans bien des chantiers au Québec!). L’entrepreneur apprendra également comment gérer de façon efficace ses sous-traitants.