Les arguments massue pour convaincre les autres de participer aux pots communs

Les arguments massue pour convaincre les autres de participer aux pots communs

C’est devenu une tendance actuellement que de créer des pots communs pour la réalisation d’un tel projet. Ce peut être pour l’achat d’un cadeau commun lors d’un anniversaire ou encore un projet un peu plus important tel que les travaux de rénovation et/ou de construction, voire le soutien à une cause qui vous est étranger. Une solution facile et pratique, les pots communs sont depuis peu considérés comme étant une meilleure alternative aux crédits dans la liste des systèmes de financement divers et variés. Mais encore faut-il savoir en assurer la prospection si l’on souhaite avoir le maximum de bénéfice.

Ouvrir un pot commun revient à vendre un projet à son entourage, voire aux simples connaissances sur les pages de réseaux sociaux ou aux inconnus dans la rue. Après tout, c’est l’un des avantages de ce genre de tirelire : tout le monde peut y participer. Plus vous avez des gens qui vous soutiennent, plus vous aurez des fonds. Néanmoins, avant d’en arriver là, vous devez présenter des arguments massue. En voici quelques-uns.

A lire également : Comment améliorer ses contrats d'assurances quand on est jeune ?

La facilité des démarches

C’est un fait ! Les particuliers ont du mal à participer à des projets dans lesquels ils doivent en faire plus que ce qu’ils ne font déjà dans le quotidien. Ils apprécient la facilité, à plus forte raison parce qu’internet les a habitués ainsi. En mettant en avant la simplicité des démarches pour la participation dans votre cagnotte, vous aurez plus de soutiens.

Les pots communs fonctionnent comme un portefeuille en ligne. C’est-à-dire que pour verser sa contribution, il n’est pas utile de se déplacer et de se frotter aux trafics de Paris. Il suffit de quelques clics.

A lire également : Vin rouge, comment bien choisir ?

Insistez également sur le niveau de sécurité proposé par les pages. Même si on a l’obligation de fournir certains éléments confidentiels et bancaires, on ne risque pas d’être piraté et de perdre tous ses avoirs.

Aucune limite n’est imposée pour ce qui est du niveau de participation. On peut mettre 10 euros comme 100, voire plus, selon la possibilité de chacun. Et en fonction de la durée de la cagnotte virtuelle, chacun peut participer plusieurs fois si l’envie en prend. Quand la tirelire virtuelle ne sera plus active, le compte ne s’affichera plus sur la plateforme, ce qui évitera de perdre de l’argent dans une cause qui n’est pas celle dont on s’attend.

Parlons de la modicité

Il s’agit de l’un des points qui ont participé à la réussite des pots communs : la modicité. Elle s’applique aussi bien pour celui ou celle qui a créé le compte que pour les participants. Vous pouvez en faire usage afin de convaincre votre entourage de vous financer.

Les pots communs n’exigent pas de frais de virement ou de versement aux participants. Si vous ne souhaitez placer que 10 euros, seuls 10 euros seront déduits de votre compte. D’ailleurs, si vous avez une banque mobile, vous devriez recevoir une notification pour la validation de la transaction.

Pour votre information, cette gratuité des prestations s’adresse également aux détenteurs du compte. La somme disponible dans la cagnotte peut être retirée à tout moment et gratuitement. De même, elle peut être utilisée pour des courses en ligne, encore une fois sans que vous n’ayez à payer le prix cher.

Lors des différentes étapes d’inscriptions, les pages mettent dors et déjà en exergue cette gratuité des tenues de compte. Elle s’applique dès la création de votre profil. Et pour cause, vous n’avez pas à verser un sou pour ce faire.

Vanter son projet : le connaitre du bout des doigts

Pour que les autres vous écoutent et aient envie de vous aider, il n’y a rien de tel que de créer l’empathie. Ainsi, il est obligatoire de connaitre votre projet du bout des doigts : les causes de cette décision, les conséquences, l’importance des financements nécessaires, les différents intervenants nécessaires, etc.

Afin de prospecter pour les pots communs, il est de mise de suivre les différentes étapes du « management des vendeurs ». La démarche n’a rien de bien différent aux faits d’assurer la visibilité d’une prestation. À titre de renseignement, ce genre de stratégie marketing se fait en plusieurs étapes : cibler une catégorie précise de personne, notamment ceux qui partagent le même projet que vous ; négocier en exposant les faits et en trouvant une parade à toutes les questions de son interlocuteur ; avant de conclure une vente.

Les réseaux sociaux ainsi que les forums divers et variés sont également des alliés incontestables afin d’optimiser la visibilité de votre pot commun. Mais encore une fois, pour convaincre, vous devez pouvoir répondre à toutes les interrogations qui taraudent l’esprit des participants et qui les empêchent de prendre une décision.

Mais attention, il ne faut pas trop insisté au risque d’irriter votre entourage. Le principe même du community marketing est d’influencer l’option du consommateur, tout en lui permettant de prendre librement sa décision.