Comment faire vieillir son vin bio ?

Comment faire vieillir son vin bio ?

Même question que pour n’importe quel vin. Où vaut-il mieux conserver son vin bio ?

Vin bio, vin naturel, vin sans sulfites ajoutés, quelle sont les meilleures conditions de conservations ?

  • Alors évidemment on pense d’abord à une cave, toute simple. Sachant que la température doit être constante, entre 10° C et 13° C, avec un taux d’humidité d’au moins 70 % afin éviter que les bouchons ne sèchent.

 

A lire en complément : Comment réaliser une colonne ?

  • Autre élément important : l’obscurité. Plus c’est sombre, mieux c’est. Le vin bio ne souffre pas la lumière, néfaste et ennemie mortelle en cas d’exposition prolongée des rayons ultraviolets sur le verre. Il faut oublier les néons et autres ampoules incandescentes.

 

  • Combien de temps garder son vin ? Il n’y a pas de date limite de garde pour le vin et certains bouteilles vieilles de plus de cent ans se montrent encore d’une incroyable jeunesse. Tout est affaire de goût.

vin sans sulfites

A lire aussi : Financer votre projet géothermie par le crédit d'impôt

  • Il existe d’autres solutions pour garder son vin naturel que la cave enterrée, obscure et fraîche. Il y a la cave à vin, celle qu’on installe dans sa cuisine ou dans son salon.

 

  • Vous pouvez aussi choisir une grotte pour à la fois conserver dans des conditions optimum votre nectar et aussi révéler sa minéralité, au milieu du calcaire et de l’argile. Il existe une grotte en Ardèche, la grotte de Saint-Marcel d’Ardèche et depuis le printemps 2015, 1500 bouteilles dont la moitié de vin bio y sont entreposées. Située à 80m de profondeur, la température est de 14 degrés avec un taux d’humidité d’environ 85 %. Dans la réalité, c’est moins facile à trouver et plus difficile pour garder son vin à l’abri des indiscrets et des voleurs !

 

  • Autre initiative très tendance : immerger vos bouteilles dans l’Océan Atlantique et utiliser la mer comme une cave pour accélérer la maturation du vin. Une société, spécialisée dans cette technique, a immergé près de l’Ile d’Ouessant en Bretagne des grands crus de Bordeaux et de Bourgogne et du champagne à 90m de profondeur. A l’issue de cette immersion, entre ce mois d’avril et l’été 2017, plusieurs dégustations auront lieu pour tester ce mode de conservation