Certaines personnes sont passionnées par la mode, d’autres par l’enseignement. Il y a encore ceux qui rêvent déjà petit de devenir un jour pédiatre ou chirurgien, ou encore journaliste. Mais il y a ceux-là qui sont intéressés par un autre type de métier : celui de l’opticien lunetier. Pour ceux qui ignorent de quoi il s’agit, sachez que les missions de l’opticien lunetier sont assez variées et parfois méconnues. Accessible à bac+2, l’intervention des opticiens lunetiers s’est véritablement étendue du fait du vieillissement de la population et de la raréfaction des ophtalmologistes.

 

Nicolas Serfaty, opticien lunetier en France

Pour de multiples raisons, l’individu peut se retrouver à exercer le métier d’opticien lunetier. Elles peuvent être liées au destin, tout comme elles peuvent résulter d’un choix. Quoi qu’il en soit, ce métier porteur peut amener la personne très loin. Nicolas Serfaty 24 ans raconte d’ailleurs comment il a réussi à exercer ce métier qui l’a toujours passionné, depuis tout petit. À l’époque, Nicolas venait d’apprendre qu’il était myope. Une fois chez l’opticien de leur famille, Nicolas a rapidement développé un amour fou pour ce métier. La façon dont l’expert s’était occupé de lui l’avait rapidement séduit. Quelque part dans son esprit, il s’est dit qu’il fera la même chose une fois qu’il deviendra grand. Il y est parvenu. Déjà au collège en 3e, il avait décidé de faire son stage en entreprise chez ce même opticien qui l’avait accueilli des années plus tôt. Après l’obtention de son Bac S, il s’est orienté vers un BTS opticien lunetier de 2 ans en formation initiale. Aujourd’hui, il gère un grand magasin qui lui permet d’exercer ses talents et sa passion.

 

Métier d’opticien lunetier

Un opticien lunetier est chargé de conseiller les clients sur le choix de monture de lunettes, des verres ou des lentilles de contact. En plus de cela, il se charge de la gestion des stocks, le suivi des commandes, les relations avec les fournisseurs, la comptabilité quotidienne, l’administratif, l’agencement de la vitrine et de la surface de vente. Il doit également pouvoir mesurer l’acuité visuelle du client tout en prenant en compte la prescription médicale. Il doit pouvoir lui proposer des produits d’entretien (étuis ou autres accessoires). Il doit être spécialisé dans la contactologie, la basse vision, les équipements astronomiques, etc. En réalité, c’est bien un métier pluridisciplinaire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il peut vous ouvrir d’autres portes.