Traduction: la traduction instantanée et ses limites

Traduction: la traduction instantanée et ses limites

L’intelligence artificielle ne cesse plus de se mettre au service de la traduction instantanée, améliorant de cette manière et de façon considérable les progrès réalisés en la matière. Il ne se passe en effet plus une semaine sans voir débouler sur la marché une oreillette ou autre application censées révolutionner nos habitudes de traduction. Dernièrement, c’est un traducteur anglais-éléphant qui a même vu le jour. Oui oui, vous avez bien lu: un traducteur anglais-éléphant. Ce dernier permet de retranscrire toute une série de mots de l’anglais vers le langage propre aux pachydermes. Les traducteurs professionnels sont-ils amenés à disparaître? Le métier d’interprète est-il menacé? Tentons d’y voir plus clair…  

IA et traduction

Parvenir à comprendre toutes les langues et à se faire comprendre dans chacune d’elles est le rêve de nombre d’entre nous. Reste que l’apprentissage d’une langue étrangère s’avère parfois nettement plus compliqué qu’il n’y paraît… L’être humain, ingénieux et paresseux, a donc rapidement pris le pli d’inventer diverses technologies palliant ce manque de connaissance. C’est ainsi que Google Traduction et ses dérivés ont vu le jour.

A lire en complément : Apple vend désormais des iPhone reconditionnés

Quel avenir pour les professionnels?

Mais Google Traduction n’est que le sommet de l’iceberg. Des technologies plus ou moins similaires à l’application Google fleurissent en effet chaque jour par milliers. Dès lors, nous sommes en droit de nous demander quel sera l’avenir des métiers relatifs à la thématique de la traduction. Traducteurs et interprètes sont en effet directement menacés par la technologie.

Une technologie limitée

Reste que, si elle est prometteuse, cette technologie s’avère encore relativement peu précise, voire régulièrement défaillante. Nous avons toutes et tous, un jour, fait appel à Google Traduction dans le but de traduire une phrase rédigée dans une autre langue. Et nous avons d’ores et déjà toutes et tous été confrontés à ses limites.

A voir aussi : Le budget à prévoir pour du netlinking?

En effet, si le cousin traducteur de Google parvient à nous donner une idée globale du sens de la phrase (dans le meilleur des cas), les traductions fournies sont encore régulièrement truffées de fautes d’orthographe, de fautes de grammaire ou encore de fautes d’accord. Le sens des mots, mis bout à bout, est également fréquemment oublié, laissant place à des traductions inexactes, voire loufoques.

Les entreprises désireuses de traduire l’un ou l’autre contenu ont donc tout intérêt à se tourner vers les professionnels du métier, de façon à ne pas se risquer à perdre leur crédibilité. À fortiori pour des traductions de type juridique, médicale ou autres.

Quel avenir?

En réponse aux questions initialement posées, on peut donc affirmer avec certitude que, oui, traducteurs et interprètes ont encore de beaux jours devant eux!