Vous voulez absolument un condo? Louez-le

Vous voulez absolument un condo? Louez-le

Vous vivez sans doute sur une autre planète si vous n’avez pas encore entendu que le marché immobilier était dans une situation très difficile au Canada. À Québec, où les promoteurs s’étaient lancés dans une folie de développement immobiliers, des condos en construction ont carrément été abandonnés sous prétexte qu’ils n’allaient pas être vendus. À Montréal, une certaine panique commence également à s’installer et les prix, qui ont été depuis longtemps sur la pente ascendante, pourraient vivre un petit déclin dans les prochains mois.

Ceux qui projettent d’emménager bientôt dans un nouveau condominium pourraient bien perdre quelques dizaines de milliers de dollars (surtout dans les marchés les plus dispendieux) puisqu’ils n’auront pas attendu que les prix chutent. Toutefois, vivre dans un petit appartement en attendant n’apparaît pas non plus comme la solution la plus satisfaisante! Dans ce cas, ce qu’il faut faire, c’est opter pour la location.

A découvrir également : 2016 : quels sont les meilleurs placements ?

Condo Samcon location
Voici les plans d’un condo à louer chez Samcon.

Comme un appartement, mais meublé et plus cher

Une bonne partie des condos à louer viennent meublés : ils sont donc promus comme des appartements de luxe par les entreprises qui les gèrent. Les unités sont assez récentes, elles sont assez bien localisées en comparaison avec un appartement régulier, il y a plus d’espace, on parle parfois de deux salles de bains et de deux chambres… c’est un espace qui convient bien à une petite famille ou encore aux couples qui aiment vivre très confortablement.

En plus de la location meublée, Samcon permet de louer des condominiums qui, eux, ne viennent avec aucun électroménager. Dans la situation que nous décrivions précédemment, ce n’est toutefois pas une offre qui est très intéressante pour la personne qui compte acheter dans quelques années : après tout, il faudra se taper le stress d’un déménagement complet. Quand on a déjà tous ses électroménagers, toutefois, ça permet d’économiser un beau montant par mois.

Lire également : Immobilier ancien à rénover : pensez au Malraux!

Le calcul de rentabilité est simple

L’espace de quelques instants, il faut mettre de côté le préjugé comme quoi « louer un appartement ou un condo, c’est payer chaque mois dans le vide plutôt que de faire des paiements de capital sur un bien immobilier ». C’est vrai que vous n’êtes pas en train de rembourser votre prêt hypothécaire lorsque vous louez votre condo, mais ce n’est tellement pas important!

Comme nous le mentionnions dans l’introduction, les prix vont baisser. Au Canada, on prévoyait au moins 10% de baisse des prix en 2013, ce qui ne s’est pas encore tout à fait matérialisé. Comme la situation immobilière semble s’être dégradée pour le début de l’année, il est assuré que la baisse se produira éventuellement, mais il faudra peut-être être patient. Les promoteurs immobiliers et les vendeurs particuliers, lorsqu’ils seront désespérés de vendre leurs propriétés excédentaires, n’auront pas le choix de couper pour se distinguer du marché.

Panique boursière
La panique boursière, version condominiums.

Sur deux ans, la location d’un condo vous aura coûté un peu plus de 30 000 dollars, selon le type de propriété louée et la ville (le prix ci-haut se base sur le cours des prix à Montréal). D’un autre côté, sur le 30 000$ que vous auriez versé sur la propriété que vous auriez achetée, on parle d’un remboursement en capital qui, généralement aura été entre 5000$ et 10 000$, en considérant la proportion prédominante d’intérêts payés lors des premières années d’une hypothèque. Si on considère que vous épargnez 30 000$ sur un condominium de 300 000$ en attendant deux ans, vous aurez épargné près de 20 000$.

Bien sûr, ces calculs restent extrêmement hypothétiques et sont sujets au changement de plusieurs variables. On peut tout de même dire que, globalement, la location d’un condominium à court terme reste une option intéressante.