Fondations d’une maison à ossature bois : les risques à éviter

Fondations d’une maison à ossature bois : les risques à éviter

Maison à ossature bois - risques liés aux fondations

Comme pour toute nouvelle construction, les fondations sont primordiales. Il s’agit de la base sur laquelle toute la structure va se poser et donc, qui va influencer la solidité du bâtiment. Pour éviter les sinistres, il est important d’adapter ses fondations à plusieurs éléments. Mais quels sont-ils?

A lire aussi : Qui est la femme de Gérard Lanvin ?

Peu importe le matériau de construction de la maison, les fondations doivent être adaptées pour être solides. Et la structure en ossature bois ne fait pas exception. Les fondations doivent être adaptées au terrain ; non seulement à la qualité du sol mais aussi en fonction de sa situation géographique. À quoi faut-il faire spécifiquement attention ?

Zone géographique

Quels sont les risques auxquels vous devez faire attention?

A lire également : Des constructions énergétiquement neutres d'ici 2020 ?

  • La profondeur du sous-sol : Selon votre emplacement géographique, la profondeur du sous-sol hors-gel doit atteindre entre 50 et 90 cm. Plus on monte en altitude, et plus il faut rajouter de profondeur.
  • La sécheresse : Il s’agit d’un autre risque à prendre en compte lors de la construction des fondations. Renseignez-vous sur les statistiques de votre région.
  • Les séismes : Le risque d’aléa sismique est également très variable selon la région et jouera un rôle important dans la construction des fondations.
  • Le radon : Il existe également des régions potentiellement plus exposées au radon et c’est un élément à prendre en considération.
  • Les termites : En général, les termites aiment la chaleur et l’humidité. Le risque d’être infesté variera donc en fonction de la localisation géographique.

Qualité du terrain

Une fois ces précisions détaillées, il faut également penser à analyser le sous-sol de votre terrain. Car si des régions peuvent se révéler risquées sur certains points, un terrain peut également fournir son propre lot de risques particuliers.

  • La présence d’eau : S’il y a de l’eau en surface ou en profondeur, il peut s’agir d’un manque de perméabilité du terrain. Cela peut donc engendrer des ruissellements d’eau de pluie car l’eau ne sera pas absorbée. Attention donc aux pièces en sous-sol, prévoyez un système de drainage.
  • La présence d’arbres et plantes de zones humides : Si l’eau n’est pas visible du premier coup, la présence de certaines espèces de plantes est révélatrice de la proximité de l’eau. Ces plantes sont les buis, les joncs, les peupliers, les roseaux ou les saules. Si on déboise, il y a un risque d’engendrer une montée des eaux.
  • L’existence d’une nappe phréatique : La présence d’une nappe phréatique peut rendre impossible la construction d’un sous-sol.
  • La qualité du sous-sol
    • Souple : avec un sous-sol instable, l’ouvrage enterré devra être renforcé.
    • Argileux : ce type de sol va être amené à se modifier (gonflement, rétractation) et va donc nécessiter des chaînages et des joints renforcés.
    • Rocailleux : avec un sol rocailleux, il faut prévoir un budget de terrassement et la construction sera plus complexe nécessitant l’intervention de machines de levage, voire d’explosifs pour retirer les grosses roches.
  • La pente : un terrain en pente peut générer des coûts supplémentaires pour le terrassement et les fondations. Il faut également prévoir une collecte des eaux de ruissellement. Les glissements de terrain sont des autres risques possibles.

Vous recherchez un professionnel près de chez vous pour répondre à toutes vos questions sur les maisons à ossature bois? Consultez Mon Ossature Bois et trouvez l’entrepreneur qu’il vous faut en Wallonie.